objectif

Depuis plus de dix ans, le changement climatique, la raréfaction des ressources énergétiques et le coût de l’énergie font partie des préoccupations majeures de la population. Les solutions envisagées reposent essentiellement sur trois piliers : la promotion des énergies renouvelables, l’amélioration de l’efficience énergétique et enfin les changements de comportement aboutissant à des économies d’énergie.

Portant sur les aspects techniques, l’intégration des deux premiers piliers au sein de politiques cohérentes s’est opérée sans heurts. Dans le cadre de l’habitat et du tissu des PME, la Directive européenne sur la performance énergétique des bâtiments. (2010/31/UE) rencontre l’objectif d’efficience pour les nouveaux bâtiments ou les « rénovations importantes ».

Cependant, comme mentionné dans la directive 2012/27 (point 17), « Il convient d’accroître le taux de rénovation des bâtiments, car le parc immobilier existant offre, à lui seul, le plus gros potentiel d’économies d’énergie. ». De surcroit, les bâtiments constituent un élément essentiel pour permettre d’atteindre en 2050 l’objectif européen de 80 à 95% de réduction de gaz à effet de serre par rapport à 1990. L’accélération du processus de rénovation du parc immobilier existant représente donc bien un enjeu stratégique pour la politique énergétique au sein de l’Union européenne.

Le projet « Smart City Block » a été conçu afin d’apporter une réponse innovante à ce challenge. L’hypothèse centrale sur laquelle repose ce projet est que la prise en compte d’une dimension collective rendra la rénovation plus attractive tout en augmentant l’efficience énergétique et en réduisant les coûts. Le projet SCB déborde largement des aspects liés à l’énergie dans le sens où la dimension collective qu’il introduit est susceptible d’améliorer les liens sociaux en environnement urbain.

La dimension collective considérée dans le projet est l’ « îlot », défini comme une petite zone de la ville qui est entourée par des rues ou d’autres limites du domaine public (des voies de chemin de fer, des cours d’eau, etc.). La plupart des îlots offrent un espace intérieur (des jardins, etc.) qui est bordé par des bâtiments le long des rues. Penser la rénovation à l’échelle  de l’îlot perme d’ouvrir de nouvelles perspectives en termes d’efficience énergétique à travers le partage et l’échange entre les habitants. Le projet SCB explore la possibilité d’inclure une dimension collective au niveau de l’îlot pour favoriser le rendement énergétique et développer les liens sociaux. Cette dimension collective nécessite un changement de mentalité pour les individualistes occidentaux que nous sommes. C’est aussi un challenge sur d’autres plans, comme par exemple au niveau légal, où il manque aujourd’hui un cadre juridique pour organiser les nouvelles activités communes qui se développeront.  Cette vision renouvelée de la ville pourrait jouer un rôle déterminant dans le défi crucial de la rénovation du parc immobilier existant tout en apportant aussi par exemple des solutions à la solitude en milieu urbain (isolement des personnes âgées).

 

 

PROJETEQUIPE_BUTTON