contexte
Le concept du projet SCB

L’îlot (ou « block » en anglais)

La dimension collective considérée dans le projet est l’ « îlot », défini comme une petite zone de la ville qui est entourée par des rues ou d’autres limites du domaine public (des voies de chemin de fer, des cours d’eau, etc). La plupart des îlots offrent un espace intérieur (des jardins, etc) qui est bordé par des bâtiments le long des rues.

La dimension collective

Penser la rénovation à l’échelle  de l’îlot perme d’ouvrir de nouvelles perspectives en termes d’efficience énergétique à travers le partage et l’échange entre les habitants.   Ces dimensions sont essentielles pour le projet, qui ne se limite pas à des aspects de rendement énergétique, comme la rénovation collective de l’enveloppe des bâtiments, par exemple. D’autres possibilités comme le partage de quelques appareils ou l’implantation d’un potager collectif sont aussi étudiées.

Le projet SCB explore la possibilité d’inclure une dimension collective au niveau de l’îlot pour favoriser le rendement énergétique et développer les liens sociaux.  Cette dimension collective nécessite un changement de mentalité pour les individualistes occidentaux que nous sommes. C’est aussi un challenge sur d’autres plans, comme par exemple au niveau légal, où il manque aujourd’hui un cadre juridique pour organiser les nouvelles activités communes qui se développeront.  Ce type de projet constituera aussi un laboratoire d’idées en termes d’élaboration des politiques à cheval entre le niveau individuel et le niveau « macro » couvert par des disciplines telles que l’urbanisme. Cependant, en axant la réflexion sur le rendement énergétique au niveau de l’îlot, des solutions novatrices surgissent. Cette vision renouvelée de la ville pourrait jouer un rôle déterminant dans le défi crucial de la rénovation du parc immobilier existant tout en apportant aussi par exemple des solutions à la solitude en milieu urbain (isolement des personnes âgées).

CONTEXTE